Le 1er janvier 2017, huit communes du Coulangeois ont rejoint la Communauté d'agglomération de l'Auxerrois.

Assemblee Auxerrois


Coulanges-la-Vineuse, Escamps, Escolives-Ste-Camille, Gy-L'Evêque, Irancy, Jussy, Vincelles et Vincelottes font désormais partie de la Communauté de l'Auxerrois, qui rassemble ainsi 72 000 habitants.
L'année 2017 verra s'organiser l'évolution statutaire imposée par la Réforme territoriale, synonyme de nouveaux équilibres financiers et organisationnels. 

La Communauté de l'Auxerrois agrandie


Orchestrée par la loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe - 7 août 2015), la montée en puissance des intercommunalités s'accompagne sur le terrain de leur changement d'échelle. Depuis le 1er janvier 2017, elles doivent toutes compter au moins 15 000 habitants, d'où la fusion de huit communes du Coulangeois avec l'Auxerrois. La Communanuté de l'Auxerrois compte à présent 29 communes, soit 72 000 habitants.

carte


Une nouvelle gouvernance


A "nouvelle communauté", nouvelle gouvernance. Au nombre de 64, les sièges sont répartis comme suit : 31 pour Auxerre, 3 pour Monéteau, 2 pour Appoigny, 2 pour Chevannes, 2 pour St-Georges/Baulche et 1 siège pour les 24 autres communes.

Cliquez ICI pour connaître le nouvel exécutif communautaire.

L'impact financier de la fusion


L'exercice au 1er janvier 2017 des compétences de la communauté d'accueil à une échelle supérieure ne sera pas sans incidence financière, puisqu'il faudra faire plus avec autant. Une garantie : la non diminution pendant deux ans des dotations de l'Etat, tout en bénéficiant du Coefficient d'intégration fiscal (CIF) moyen des communautés d'agglomération de France (aux alentours de 44 à 45€/habitant). Un CIF qui ne baissera pas au-delà de 5% dans les trois années à venir (en lieu et place des 20% actuels en raison de la participation des collectivités à l'effort de redressement de l'Etat).

La nouvelle communauté d'agglomération dispose d'une surface financière équivalente à celle d'hier. Elle a cinq ans devant elle pour accroître d'elle-même son CIF. Comment ? En « absorbant » de nouvelles compétences.

Une intercommunalité de projets


Le troisième volet de la décentralisation a aussi pour entreprise, l'élargissement des compétences des intercommunalités, autrement dit de leur champ d'action. L'un dans l'autre, c'est donc leur capacité à agir qui s'en trouve augmentée.

La Communauté d'agglomération de l'Auxerrois n'a pas souhaité prendre en charge certains services assurés par l'ancienne Communauté de communes du Coulangeois (enfance-jeunesse, école de musique, camping, urbanisme...). Pour autant, ces services de proximité se poursuivront, portés par une Société publique locale (SPL).

A l'inverse, la Communauté d'agglomération exerce toutes ses compétences à l'échelle du nouveau territoire. Citons pour exemple, le tourisme, l'eau et l'habitat, mais aussi les transports. Citons encore, comme le prévoit la loi NOTRe, le développement économique de manière pleine et entière et le soutien aux activités commerciales d'intérêt communautaire. Citons enfin, l'assainissement que les élus envisagent d'exercer d'ici 2018, c'est-à-dire avant l'échéance légale de 2020, pour une meilleure intégration fiscale et une optimisation des deniers publics.